Accompagnement parental

Allaitement

Photo d'allaitement Un Amour Au Naturel

Faire le choix d’allaiter

Donner le sein ou le biberon ? C’est une question que se pose bon nombre de mamans. Pour certaines, c’est une évidence, elles ont toujours voulu donner le sein, pour d’autres, le biberon.

Il y a des mamans pour qui c’est un véritable questionnement.

C’est à vous de prendre la décision qui vous conviendra le mieux. Vous la prendrez en fonction de votre histoire, de vos convictions, du papa et parfois de l’entourage. L’envie d’allaiter peut venir au cours de la grossesse, au moment de la naissance ou quelques heures après.

Photo d'allaitement Un Amour Au Naturel

« Ce dont nous avons besoin c’est de mères et de pères ayant réussi à croire en eux-mêmes »

D. Winnicott - L’enfant et sa famille – Editions Payot – 1949

Voici quelques bienfaits et avantages liés à l’allaitement maternel



. C’est NATUREL. Les femmes produisent du lait afin de nourrir leur bébé. Pendant la grossesse, les femmes font des réserves de graisses sur les hanches et les cuisses. Cette graisse est une réserve d’énergie qui va servir à la production de lait. Elle fond plus rapidement lorsque la mère allaite.

. L’utérus reprend sa taille normale plus rapidement lorsque la maman allaite.

. Le lait maternel s’adapte et se modifie au fur et à mesure que bébé grandit. La quantité de matières grasses augmente tandis que celle des protéines diminue.

. Le lait maternel contient des anticorps qui favoriseront l’immunité de votre bébé (recommandation : 6 mois d’allaitement exclusif).

. Le lait maternel est très digeste c’est aussi pourquoi les services de néonatologie font appel aux lactariums. Inutile d’avoir à changer de lait 10 fois pour trouver celui qui conviendra le mieux à votre bébé.

. Il est à bonne température, il est chaud.

. Pratique : tout est prêt et à disposition n’importe où. Pas besoin de transporter de biberon, de glacière, d’eau minérale, de se demander où et comment le chauffer, de passer du temps à le préparer, etc.

. Economique : c’est gratuit ! Vous économiserez l’achat des biberons, du lait, de l’eau minérale, du matériel pour laver les biberons et de celui pour chauffer le lait.

. La mise au sein déclenche la sécrétion d’ocytocine (hormone) qui entraine un effet relaxant et détend la maman.

Compétences du bébé



Le nouveau-né va tout mettre en œuvre pour se sentir en sécurité et garantir sa survie. Il va donc émettre plusieurs comportements d’attachement afin d’attirer sa mère et son père. Cet ensemble de signaux vont créer le lien d’attachement.

Le nouveau-né a donc a sa disposition les pleurs. Il peut y avoir plusieurs causes aux pleurs. S’il s’agit d’une cause émotionnelle, le fait de prendre le bébé dans les bras, l’aidera à s’apaiser.
Le bébé a un réflexe d’agrippement et va donc s’accrocher naturellement au corps du parent qui le porte. Il va également serrer fort le doigt de papa ou de maman.
Il va très vite accrocher le regard de celui qui le porte, le soutenir et faire des sourires.
La succion est aussi un comportement d’attachement et le nourrisson va parfois essayer de lécher le corps de son père ou de sa mère.

Le lien d’attachement est un lien affectif privilégié intense et réciproque entre le bébé et une figure d’attachement principale (personne qui prend soin de l’enfant de façon cohérente et régulière, la mère le plus souvent), et qui répond à la demande d’interaction sociale tout en lui apportant l’amour, la sécurité, la confiance et le bien-être.
Cette relation se construit au fil du temps et permettra à l’enfant de mieux se séparer et de devenir autonome.

L’éveil du bébé



allaitement

Il est important de savoir reconnaitre les différents états de vigilance du bébé afin de proposer le sein au moment où il est le plus alerte.



a. Sommeil agité


Le bébé dort, mais il a des mimiques, des mouvements de paupières, une respiration irrégulière, et il peut faire des petits bruits. Ce sommeil dure 15 à 40 min. Vous pouvez parfois penser que votre bébé ne dort pas bien.


b. Sommeil calme


Le bébé dort à poings fermés. Il a un visage détendu, inexpressif, les yeux sont fermés. Il peut avoir des sursauts à intervalles variables mais pas de mouvements. Sa respiration est régulière.


c. Eveil somnolent


Le bébé commence à s’éveiller, le regard est non dirigé et non attentif. Réponses aux stimulis différés.

d. Eveil alerte/éveil calme


Bébé a un regard vif, il est capable d’avoir une attention soutenu, avec un regard yeux dans les yeux. Ses mains, bras, jambes bougent lentement. C’est la période la plus propice pour la tétée car les 4 réflexes archaïques alimentaires sont présents : réflexe de points cardinaux, réflexe de fouissement, réflexe de graspping et le réflexe de succion.
Votre bébé est prêt à téter lorsqu’il ouvre grand sa bouche, qu’il met ses poings à la bouche, tire la langue, tourne la tête à droite et à gauche.


e. Eveil agité


Le bébé a les yeux ouverts et une grande agitation motrice. Il s’impatiente assez vite, se tortille et grimace. Cette phase précède les pleurs et le sommeil.


f. Les pleurs


Le bébé pleurs puis il finit par s’endormir.


Les premiers jours



allaitement

Pour optimiser les chances de réussite d’un allaitement maternel, il est primordial d’assurer un bon départ. Savoir s’entourer d’une sage femme, d’une consultante en lactation, d’une professionnelle formée à l’allaitement ou encore d’une doula semble essentiel dès la grossesse. Avoir une personne référente en qui la maman aura confiance afin de pouvoir se confier est très important. La personne choisie pourra expliquer les différentes étapes des débuts afin de préparer au mieux la maman. Elle permettra à cette dernière d’être plus en confiance avec son bébé lors des premières mises au sein.



A la naissance, le bébé présente des compétences d’attachement. Il est naturellement capable de se déplacer d’environ 20 cm sur le corps de sa mère en prenant appui avec ses mains et ses pieds. Il va ainsi se diriger vers le sein et de l’odeur qui se dégage de l’aréole. Le nourrisson va échanger des regards avec sa mère, regarder le sein, essayer de le lécher, faire des mouvements de tête vers la droite et la gauche. La maman pensera peut être qu’il n’arrive pas à prendre le sein, mais bien au contraire. Patientez et observez. Le bébé va finir par l’attraper dans sa bouche et faire sa première tétée. En tant que maman, admirez déjà comme votre enfant est extraordinaire.


Au cours des premières 24 heures, il est possible que votre enfant dorme beaucoup et c’est normal. Mais n’oublions pas que plus il va téter et mieux ce sera. Il est donc important de bien l’observer afin de repérer ses phases d’éveil calme pour lui proposer une tétée. Vous avez aussi la possibilité de le mettre en peau à peau tout près de vos seins afin qu’il se réveille de lui-même attiré par l’odeur. Le peau à peau est une pratique de plus en plus courante ayant de grandes vertus pour votre bébé. Il peut également être pratiqué par le papa pour des moments de détente ou si la maman ne peut être présente.


PEAU A PEAU

Le peau à peau permet au bébé une adaptation tout en douceur entre le monde intra et extra-utérin et permet de diminuer le stress du bébé dû à tous les changements physiologiques provoqués lors de sa naissance.
Il va pouvoir ainsi fournir moins d’efforts pour réguler sa température (in utéro il était dans un liquide à 37°) puisque c’est sa maman ou son papa qui va remplir ce rôle. Les échanges thermiques pourront avoir lieu tout en permettant au nouveau-né de garder son énergie ; car il en aura besoin pour se nourrir par lui-même…
Mis en contact avec sa mère le plus tôt possible après la naissance, bébé va ainsi pouvoir explorer un peu le corps de sa maman, trouver des appuis et se mettre à la recherche du sein. Ainsi, tout naturellement, le peau à peau va aider à la mise en route de l’allaitement maternel. Ses réflexes de fouissements et de succions vont se mettre en marche et petit à petit, il va se diriger vers une odeur qu’il connait : celui du lait maternel.
D’autre part, ce contact de proximité va permettre à l’enfant de développer ses défenses immunitaires. En effet, in utéro il se trouvait dans un environnement stérile et, mis en peau à peau, il va pouvoir être en contact avec les bactéries grâce à votre flore intestinale.
Le peau à peau va également permettre au bébé d’éprouver un certain bien être qui lui permettra ainsi d’avoir un rythme veille/sommeil plus paisible et régulier. Ces paramètres physiologiques seront donc mieux équilibrés (rythme cardiaque et respiratoire, glycémie, température …).
Le peau à peau a également l’avantage de stimuler les sens et les réflexes du bébé. En effet, le bébé pourra distinguer le visage de sa mère ainsi que le sein. Il sentira l’odeur du lait maternel et entendra les battements du cœur de sa maman. Il pourra lui lécher sa peau puis le sein et goûter au lait. Tous ses réflexes seront alors activés comme vu précédemment (grasping, fouissement, succion …). Il s’agit là d’un véritable début d’éveil des sens.

La proximité parents/bébé accompagne plusieurs aspects du développement du petit humain.
allaitement Il permet d’augmenter ses compétences d’agrippement grâce aux différents appuis des mains et des pieds qu’il peut trouver sur le corps de sa maman. Il pourra ainsi aller se nourrir, et commencer à avoir des échanges avec sa mère.
La peau est l’organe qui recouvre la totalité de son corps, dotée d’émetteurs et de récepteurs. Le contact en peau à peau lui donnera conscience de ce qui l’entoure et de son propre corps. Ainsi un sentiment de sécurité s’installera. Le bébé pourra ainsi mieux faire face à son environnement qui peut s’avérer stressant les premiers jours de vie.
Cette proximité accompagnera les parents dans leurs réponses aux différents besoins du nouveau-né. Il apprendra de cette façon que ses demandes peuvent être satisfaites par sa figure d’attachement.
L’enfant et ses parents pourront apprendre à mieux se connaitre petit à petit et chacun trouvera des repères. Ainsi, l’enfant trouvera sa place dans la famille et une fois le sentiment de sécurité bien installé, il trouvera une autonomie grandissante. Le bébé étant rassuré, les pleurs diminués, il pourra se concentrer sur tout ce qui l’entoure et se tourner vers le monde extérieur plus facilement.

Si malgré cela, votre bébé est toujours trop fatigué pour téter, vous pouvez lui proposer du colostrum (= lait produit par la maman jusqu’au 3ème ou 4 ème jour de vie de son bébé) que vous exprimerez manuellement.



Extraire le Lait manuellement



allaitement

Cf ce document téléchargeable ou encore cette vidéo.

Une fois que votre bébé sera plus éveillé, le nombre de tétées par 24 heures va augmenter. Il pourra faire 6, 7, 12, 15 tétées ou plus. C’est NORMAL. Il est important que la maman en soit informée. La mère doit donc se reposer au maximum (l’idéal serait de dormir en même tant que votre enfant) et de limiter les visites à la maternité.

Vient ensuite la 3ème nuit … Etape primordiale dans l’attachement de votre bébé et dans la mise en route de votre allaitement. Il faut savoir qu’il s’agit de la nuit de la montée de lait. Votre bébé va téter de plus en plus voir passer la nuit complète au sein. C’est NORMAL. Si vous êtes fatiguée ou vous sentez débordée, c’est NORMAL. Une fois cette nuit passée, vos seins vont se durcir et la quantité de lait va augmenter. Il est même possible que du lait coule de vos seins dès les premiers signes d’éveil de votre bébé. Une fois la 3ème nuit passée, vous pourrez être fière de vous et de votre bébé. Si vous avez eu une césarienne, il est possible (mais pas obligatoire) que votre montée de lait arrive à la 4ème nuit. Maintenant, reposez vous et imprégnez-vous de votre bébé. Laissez le bien-être vous envahir. Si toutefois, vous ressentez une envie de pleurer, de la tristesse, c’est également NORMAL. Il s’agit surement d’un Baby blues.

Comment savoir si bébé tète assez



En allaitant à la demande avec des tétées fréquentes et une position correcte du bébé au sein, il ne devrait pas y avoir de problème. Cependant, plusieurs signes vous permettront d’avoir un repère afin de s’assurer que bébé reçoit suffisamment de lait :

. Est-ce que bébé mouille bien ses couches (5 à 8 par jour) à partir de la montée de lait ?

. Est-ce que bébé est bien tonique ?

. Est-ce que bébé a des selles quotidiennes (couleur jaune/orange) les premières semaines de vie ?

. Est-ce que bébé prend du poids régulièrement et suffisamment ?

Si vous avez un doute concernant la prise alimentaire, n’hésitez pas à contacter votre pédiatre ou une personne formée à l’allaitement.

allaitement

Sommeil partagé



Il a été démontré que partager la même chambre que son bébé diminue le risque de Mort Inexpliquée du Nourrisson par 2.

Au cours des 6 premiers mois de vie, l’idéal serait de mettre le berceau de votre bébé contre votre lit. C’est la solution la plus sûr.

Cependant, partager votre lit avec votre bébé lorsque vous allaitez, c’est possible. D’ailleurs, cette pratique facilitera votre allaitement. Seulement il est important de respecter des règles de sécurité.



Il est formellement déconseillé de partager votre lit si :


• Vous ou votre conjoint êtes fumeur.
• Si vous dormez dans un fauteuil ou canapé et non dans votre lit
• Si vous avez pris une substance somnolente ou si vous êtes très fatiguée.
• Si vous avez bu de l’alcool.
• Si vous présentez une maladie affectant votre vigilance.
• Si votre bébé est nourri au lait artificiel.
• Si le bébé est né prématuré et/ou a un faible poids de naissance.



Règles de sécurité :


• Température de la chambre entre 16 et 18°C.
• Assurer-vous que sa tête soit bien dégagée (pas de couverture ni coussin).
• Matelas ferme et plat (éviter matelas préformé, etc).
• Vous devez vous trouver entre votre bébé et votre conjoint. Ce dernier doit être prévenu de la présence du bébé dans le lit.
• Le bébé doit se trouver sur le dos en dehors des tétées.
• Ne laissez jamais votre enfant seul dans votre lit

allaitement

D’après « Partager un lit avec votre bébé » - Un guide pour les mères qui allaitent
UNICEF UK Baby Friendly Initiative
avec la Foundation for the Study of Infant Deaths

Et papa dans tout ça ?



Certains couples se disent que le papa sera un peut-être à l’écart si la maman allaite. Mais bien au contraire. Le père joue un rôle essentiel dans la famille et dans l’allaitement. Il sera là pour soutenir la maman face aux regards et remarques d’autrui, la soutenir dans les moments de doute et la rassurer sur les bienfaits.

Le père peut également faire une recherche littéraire sur l’allaitement maternel afin de s’en imprégner. Votre présence auprès de la maman sera essentielle avec une bonne dose de patience. Il est important que toute la famille avance dans la même direction, avec les mêmes convictions.

En tant que père, vous pourrez aussi trouver votre place en prenant des temps privilégiés avec votre bébé en la massant, en le portant (aux bras ou en écharpe) et en partant vous promener pendant que maman se repose un peu. Il y a également le temps du bain, lui chanter des chansons, etc.

Le père peut également être présent et tout près physiquement pendant la tétée, admirer son enfant pendant qu’il mange et ressentir le bien être qui se dégage de ce moment privilégié.

allaitement

Lactarium et conservation du lait



Le lactarium est une banque de lait maternel et un centre de conseil en allaitement maternel.
Il a pour objet :
- La collecte de lait de femme
- Le contrôle de son authenticité, de sa qualité, de son traitement et de son stockage
- Sa distribution sur prescription médicale

Il participe à la promotion de l’allaitement maternel.

allaitement

a. Conditions du don

Prise de sang pour dépister :
- HIV
- Hépatite B
- Hépatite C
- HTLV : rétrovirus responsable de certaines leucémies.

Cette prise de sang est obligatoire et est à renouveler tous les 3 mois jusqu’à la fin du don.



b. Recueil du lait maternel

Une douche quotidienne est préconisée.
Se laver les mains au savon liquide.
Une fois recueilli, transvaser le lait dans les flacons stériles à usage unique fournis par le lactarium.
Etiqueter le flacon avec nom, prénom et date du recueil.
Le placer immédiatement au réfrigérateur (sur les étagères et non dans la porte qui n’est pas assez froide).



Ne jamais recongeler le lait déjà congelé auparavant.

allaitement

c. Conservation du lait maternel

Lait Température Idéal Acceptable
Frais Température ambiante < 26°C 4 heures 6 heures
Frais Frigo (sur étagères) < 4°C 2 jours 8 jours
Frais Congélateur - 18 à - 20°C 6 mois 12 mois
Congelé Placé au frigo < 4°C 24 heures

Lactariums de France : http://sdp.perinat-france.org/ADLF/index.php



Rendez-vous dans la catégorie ressources afin de trouver plus de lectures et/ou sites internet sur l’allaitement.


Portage physiologique

Depuis la nuit des temps, les mamans portent leur bébé dans les bras. Quoi de plus naturel après l'avoir porté pendant 9 mois dans son ventre. Il s'agit là d'un besoin de contact permettant d'établir un lien entre une mère et son bébé. Le portage permet au nouveau-né de se sentir en sécurité grâce à la voix de ses parents, à la chaleur de leur corps, aux battements du coeur qu'il entend et aux bercements qu'il perçoit et qui lui rappellent ceux in utéro. Avoir son bébé tout contre soi, permet à maman ou à papa de répondre à ses besoins très rapidement et d'entrer en communication plus facilement et plus souvent avec lui.

portage-physiologique

Pourquoi porter?

portage-physiologique

Portage Physiologique

Le portage physiologique est celui qui respecte la morphologie du bébé et qui ne cause pas de douleur au porteur. En ayant son enfant tout contre soi, notre centre de gravité est très peu modifié. Le poids du bébé est donc bien réparti. Le portage physiologique va permettre un bon maintien de la colonne vertébrale du bébé tout en la soutenant et non en la plaquant.

Le respect de la physiologie permettra au bébé ainsi qu'au porteur de porter confortablement et longtemps.

Lorsque bébé est porté, il doit être en position assis, accroupi avec ses genoux plus haut que ses hanches. L'écartement des hanches doit rester naturel, bébé est en appui sur ses fesses et ses cuisses et non sur ses parties génitales. Son dos est arrondi et cette position physiologique et naturelle permettra au petit homme de s'apaiser et de s'endormir blotti contre son parent.

Bienfaits

Bienfaits

Le portage des bébés comporte beaucoup de bienfaits. Le parent porteur est plus attentif aux besoins de son bébé de part sa proximité avec lui. Il est plus réceptif à son comportement, à sa respiration et la réponse aux besoins peut être quasi immédiate. De cette façon, maman peut proposer le sein ou le biberon dès les premiers signes d'éveil et de recherche de succion sans attendre que son enfant pleure.

Les pleurs étant diminués, les parents sont moins stressés, plus sûr d'eux ce qui améliore la relation parents/bébé. Au chaud, contre vous, bébé peut alors entamer de longues siestes.

La position verticale permet de voir diminuer le reflux s'il en a un. Le portage permet au porteur de calmer et de soulager bébé tout en vaquant à ses occupations. Il est donc plus simple de s'occuper des autres enfants sans avoir à en faire patienter un. Pour les parents de jumeaux, il est possible d'en porter un qui dort ou qui simplement a besoin des bras, tout en s'occupant du second. Il peut également être envisageable de porter les deux en même temps en utilisant deux porte-bébés.
Le portage permet donc des déplacements simplifiés, notamment pour aller en ville (monter les trottoirs, prendre le bus, le métro...), faire une randonnée, aller chercher un ainé à l'école. En effet, le sling par exemple, est très pratique car il est très simple et rapide d'utilisation. Il peut également être utilisé pour aller faire les courses.


D'autres bienfaits thérapeutiques, comme une prévention des dysplasies de hanche de part la position accroupie et jambes écartées, une meilleure thermorégulation grâce à la proximité avec le porteur, une diminution des plagiocéphalies positionnelles (crâne plat à l'arrière de la tête par exemple, dû aux positions couché dans le lit ou sur un transat) ont été observés.


Le portage donne lieu à un massage de la peau de votre bébé. Les bercements qu'il effectue, éveillent ses sens. Le tout petit a donc notion des différentes parties de son corps qui sont stimulées, il peut voir tout ce qui se passe en fonction des différentes positions qu'il aura, il entendra en premier lieu les battements du coeur de la personne qui le porte, puis les bruits extérieurs, et il pourra sentir tout ce qui l'entoure. Il aura une vision du monde à hauteur d'homme et non vue d'en bas, et le porteur pourra lui décrire tout ce qu'il regardera. Une communication avec autrui sera donc plus accessible et l'enfant sera plus considéré en tant que personne. Dans la première année de vie, les bébés sont très curieux et apprennent énormément. Ils sont en soif d'apprentissage. Il est donc très intéressant et important pour eux de pouvoir partager et échanger, ce qui aura une influence sur le développement du langage.

Le portage doit avant tout rester un grand moment de plaisir et de bonheur à partager entre enfant et parents. Il peut, le plus souvent, s'effectuer jusqu'à environ 3 ans (15kg) en fonction des porte-bébés et du nouage.

Règles de base et de sécurité


règle-base-sécurité

Quelques règles de sécurité doivent être respectées lors du portage.

Votre bébé doit avoir son dos arrondi, être bien maintenu grâce aux tensions de l'écharpe et être en position accroupie. Il doit pouvoir s'agripper, donc veiller à ce que ses mains soient près de son visage.

Bébé est bien droit, son thorax contre vous, suffisamment haut (à hauteur de bisou) et sa tête est dans l'axe de sa colonne vertébrale.

Sa tête doit toujours être soutenue et son nez et sa bouche dégagés. Ses mains et ses pieds doivent être libres.
Ne pas oublier que l'épaisseur de l'écharpe compte comme une épaisseur de vêtements. Donc bien hydrater bébé, surtout en période de chaleur.


Le porteur, lui, doit être en état de vigilance (pas d'alcool, ni de drogues, etc.) et doit veiller à la respiration du bébé, à sa température et à son tonus. Ne pas oublier sa présence lors des diverses activités quotidiennes (bras et pieds qui dépassent). Et il est important de bien transmettre toutes ces règles de sécurité aux porteurs occasionnels (grands parents, nounou...).


Choisir son écharpe de portage

Choisir son écharpe de portage

Les écharpes tissées

Tissu en sergé brisé (endroit et envers de l'écharpe similaires) qui est le plus fréquemment utilisé dans les écharpes tissées. Permet des nouages avec une seule épaisseur de tissu sur le bébé. Possibilité de porter de la naissance à 3 ans environ (15-18 kg). L'élasticité se fait uniquement dans les diagonales ce qui permet un serrage et un maintien du dos du bébé adapté pour un portage de longue durée (plus de 20-30 min). Les écharpes sont unies ou rayées.

Les écharpes tricotées

Aussi appelées écharpes en jersey, elles sont en 100% coton. Le fait que le tissu soit plus souple et plus doux, ces écharpes vont nécessiter plusieurs épaisseurs de tissu dans le dos du bébé avec des nouages croisés et enveloppants. Au delà d'un certains poids, le tissu se détend et rend le portage moins agréable. Ces écharpes sont plutôt adaptées pour un portage de courte durée (moins de 20 min de marche).







La composition

Assurez-vous que votre écharpe soit labélisée Oeko-tex® : Ils ne contiennent ni métaux lourds, ni formol. Il existe également des écharpes en tissu biologique (coton biologique).

La longueur

En ce qui concerne les écharpes tissées, il est possible d'effectuer bon nombre de nouages avec des longueurs autour de 3m60 (portage devant, hanche, dos). Il est important de bien choisir la taille afin que le tissu ne traine pas par terre mais également pour avoir assez de marge afin d'être confortable lors du noeud final.
En ce qui concerne les écharpes tricotées, il faudra bien souvent avoir une longueur comprise entre 4m et 5m au vue des différentes épaisseurs que l'on passe dans le dos du bébé.

La durée du portage

Courte durée (= moins de 20-30min) :

- Tous types de portage

longue durée :

- Enfant qui ne marche pas ou enfant qui dort : écharpe tissée
- Enfant qui marche et qui est éveillé : tous types de portage.

Location porte bébé

Les écharpes tissées

Vous avez envie de tester avant d'acheter, ou bien juste d'avoir un moyen de portage en dépannage pour les vacances, alors je vous propose une location.

Au choix :
écharpe tissée, tricotée, mei tai, sling, préformé, porte bébé d'appoint.


N'hésitez pas à me contacter pour connaitre les disponibilités.

Contact

Massage

Quand masser son bébé ?

Tous les bébés, de la naissance à un an, peuvent recevoir un toucher sain et nourrissant dès lors que leur état de santé le permet. Il est cependant primordial de toujours lui demander la permission et de respecter son rythme.
En cas de doute, demander l’avis à votre pédiatre ou médecin traitant.
Que votre enfant soit né avant terme ou non, qu'il soit porteur de handicap ou non, tous les enfants peuvent être massés. Mon rôle sera de vous accompagner dans ce toucher auprès de votre enfant et de l'adapter en fonction de ses besoins et des vôtres.

Bienfaits du massage

Pour le bébé

Le massage permet à l'enfant de se détendre, d'avoir une présence et de se sentir rassuré. Le toucher va permettre à l'ocytocine (hormone du plaisir) de se libérer ce qui contribuera au bien-être du bébé. En sécurité, il verra ses pleurs diminuer et pourra entrer pleinement en communication avec le monde qui l'entoure.
Le massage permettra également de diminuer les coliques, de soulager les poussées dentaires, de favoriser son sommeil.

Pour les parents

Le temps du massage est un temps privilégié entre votre enfant et vous-même.Il s'agit d'un moment de plaisir et de détente pour votre enfant comme pour vous. Il permet une observation de l'enfant, de ses signes d'éveil et donc une réponse à ses besoins plus adaptée. C'est un moment d'échanges autour de la communication non verbale.
Il s'agit également d'un temps pour se retrouver entre parents et pouvoir rencontrer de nouvelles personnes.

Pour la fratrie

Souvent les aînés aiment participer au massage, masser les plus petits, regarder, choisir l'huile, etc. Ce moment de partage permet des moments de complicité et valorise les plus grands. Chacun se sent respecté et à sa place au sein de la famille.


Signer avec bébé

Tout d’abord, il faut savoir que pour un bébé, faire des signes pour montrer ce qu’il veut ou s’exprimer est spontané. Le bébé sait naturellement se faire comprendre de part ses expressions du visage, ses sourires, ses gazouillis, etc qui permettent à l’adulte de répondre à ses besoins.


Comment ça marche?

En grandissant, l’enfant fait bravo avec ses mains, au revoir, oui et non de la tête, il fait les marionnettes … Sans que les parents s’en rendent vraiment compte, les bébés signent. C’est à partir de 6 mois qu’il pourra faire ses premiers signes.

Cette communication gestuelle ne demande qu’à être enrichie. A nous, adulte, de lui permettre d’en apprendre de nouveau afin que notre communication devienne plus riche.

Et le langage dans tout ça?

Les signes arrivent bien souvent avant les mots. Ils n’en sont pas pour autant un frein. En effet, lorsque le parent fait un signe à son enfant, ce dernier est toujours accompagné de mots. Signer avec son bébé lui permet d’être acteur de la communication. En effet, il pourra ainsi mieux se faire comprendre de l’adulte, exprimer ses envies, ses désirs, mais aussi ses émotions.



Les signes sont un support à l'acquisition du langage.



Pouvoir s’exprimer avec précision et être compris plus rapidement, diminue les frustrations et les malentendus. Parfois l’enfant s’agite et émet des sons pour nous désigner un objet, mais nous adulte, nous ne comprenons pas toujours. Parfois cela fini avec de l’énervement et on demande à l’enfant « Mais qu’est ce que tu veux ? ». Avec les signes, l’adulte comprendra plus facilement et rapidement le désir de l’enfant ce qui rendra sa patience au parent et des intéractions plus chaleureuses et respectueuses.

Les bienfaits

Avec les signes, l’enfant se sent capable et sa confiance en lui augmente.



Les pleurs sont diminués puisqu'il se fait mieux comprendre. Il a un outil pour entrer en interaction avec autrui et l'adulte répond plus facilement à ses besoins.



Nous voyons notre enfant autrement, nous l’observons beaucoup plus. Vous vous sentirez plus proche de lui. Signer c’est renforcer son lien d’attachement.



Il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour commencer à signer. Il vous faudra être patient et signer régulièrement toujours en accompagnant les gestes avec les mots. Restez attentif et bientôt vous reconnaitrez un premier signe… mettre cette phrase plus grosse ou plus en avant. merci ;-)

Il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour commencer à signer. Il vous faudra être patient et signer régulièrement toujours en accompagnant les gestes avec les mots. Restez attentif et bientôt vous reconnaitrez un premier signe…


Pédagogie alternative

La Pédagogie Montessori

Maria Montessori Maria Montessori

Ma découverte avec la pédagogie Montessori a été une véritable révélation. Allant d’ouvrages en ouvrages, puis passer à la pratique pour accompagner mes enfants dans leur parcours de vie fut un véritable plaisir.
C’est pourquoi j’avais envie de vous faire découvrir des pédagogies alternatives.

Maria Montessori était une psychiatre, philosophe et pédagogue. Lorsqu’elle travaillait en tant que médecin auprès d’enfants ayant une déficience mentale, elle fit la découverte du matériel éducatif sensoriel des médecins Jean Itard et Edouard Séguin.
Maria Montessori s’est donc basée sur des observations scientifiques laissant l’enfant libre d’évoluer dans un environnement propice avec du matériel adapté. « Elle découvrit l’appétence naturelle de l’enfant pour le partage, l’entraide et l’empathie, dès lors qu’il trouve dans son environnement la nourriture psychique nécessaire à la construction de son intelligence sensorielle et logico-déductive. » ( Extrait du livre : « Vivre la pensée Montessori à la maison »).

Périodes Sensibles

Elle observa, chez l’enfant de 0 à 6 ans, qu’il passe par des « périodes sensibles » parce qu’il est doté d’un « esprit absorbant ». Durant ces périodes, l’enfant est attiré par certains aspects de son environnement et voue toute son énergie à apprendre un savoir-faire particulier. Elles sont limitées dans le temps et une fois la compétence acquise, la sensibilité cesse.
Ces phases sont des périodes d’acquisition et de construction de l’enfant. Il est donc important que l’adulte arrive à les reconnaitre afin de lui fournir le matériel et l’environnement adaptés car si l’enfant manque de stimulation pendant ces phases, il lui faudra fournir plus d’efforts pour obtenir ces connaissances ultérieurement.
Il est donc important de retenir que l’apprentissage d’un enfant ne se fait pas en fonction de son âge mais en fonction de son besoin d’apprendre. L’apprentissage se fait en fonction de l’observation des besoins de l’enfant. L’enfant est libre de choisir ses propres activités.

Maria Montessori

Voici la liste des périodes sensibles selon M. Montessori :

- période sensible du langage
- période sensible de la coordination des mouvements
- période sensible de l’ordre
- période sensible du comportement social
- période sensible du raffinement des sens
- période sensible des petits objets

Maria Montessori

Les caractéristiques du matériel Montessori



Maria Montessori

Le matériel Montessori a été pensé de façon à favoriser l’autonomie de l’enfant. Il va lui permettre de développer ses compétences, d’assouvir sa soif d’apprendre dans un environnement harmonieux dans lequel il se sentira en sécurité ce qui l’encouragera à s’intéresser à ce qui l’entoure. Sa fonction principale est d’aider l’enfant à se construire.



Maria Montessori

Le matériel Montessori peut être divisé en cinq groupes principaux :

- le matériel de vie pratique
- le matériel sensoriel
- le matériel de mathématiques
- le matériel de langage
- le matériel académique (l’apprentissage des sciences, de l’histoire et de la géographie)

Différents points le caractérise :

Il est sensoriel : le matériel va éveiller tous les sens de l’enfant. Il va pouvoir manipuler et observer en même temps. Les matériaux sont de textures, formes, couleurs, températures, poids différents. L’enfant va découvrir l’objet ou l’activité sous différents aspects.

Il est harmonieux : le matériel Montessori est harmonieux de part ses formes, ses couleurs neutres, il est agréable à regarder et donne envie à l’enfant de l’utiliser. Les activités sont le plus souvent en bois.

Il est autocorrectif : le matériel permet à l’enfant de voir part lui-même s’il a fait une erreur. Le contrôle de l’erreur est toujours visible. L’enfant qui s’exerce régulièrement développe sa capacité de concentration.

Il isole une difficulté : le matériel pédagogique permet à l’enfant de commencer par des exercices simples, puis la difficulté augmente. En général, il s’agit d’une forme, d’un poids, d’un nombre, d’un son. Deux éveils sensoriels sont rarement utilisés en même temps.

Il est adapté à l’enfant : Tous les objets sont conçus en fonction de la taille de l’enfant, à sa capacité à les manipuler. Ils sont mis à disposition sur des étagères elles mêmes à hauteur de l’enfant ce qui éveil sa curiosité, l’incite à venir toucher, prendre et tester. L’activité spontanée de l’enfant est ainsi favorisée, il évolue en fonction de son rythme, de ses intérêts et de sa personnalité.

Maria Montessori

Autres Pédagogies :

Il existe bien évidemment d’autres pédagogies telles que Freinet, Steiner Waldorf, Reggio Emilia… N’hésitez pas à vous renseigner, à vous en imprégner et pourquoi, à faire un mixte. Quoi qu’il en soit, elles visent toutes le respect de l’enfant et le fait qu’apprendre doit être un plaisir…


Motricité libre – activite spontanee – motricité autonome

Mais qu’est-ce que la motricité libre ?

Il s’agit d’un concept créé par Emmi Pikler qui consiste à laisser le bébé découvrir son corps et ses compétences motrices par lui-même.
Tous les enfants sont capables de se retourner seuls, de s’asseoir seuls, de se lever puis de marcher seuls. Chacun son rythme.

Voici un tableau du déroulement du développement moteur autonome selon Emmi Pikler :

« La liberté motrice consiste à laisser libre cours à tous les mouvements spontanés de l’enfant, sans lui enseigner quelque mouvement que ce soit. »

Emmi Pikler



Les bienfaits

Laisser une motricité autonome au bébé va lui permettre de découvrir son corps et ses capacités. Petit à petit, l’enfant va utiliser ses mains, puis plus particulièrement ses doigts, etc. Il va ainsi pouvoir se rendre compte de toute l’étendue de son corps mais aussi de toutes ses compétences. Une motricité harmonieuse se mettra en place en fonction de ses besoins.

Cette liberté motrice va donner à l’enfant une découverte spatiale. Il pourra ainsi mieux se situer et avoir la notion d’espace autour de lui. Il pourra ensuite aller explorer son environnement plus aisément.

Cette autonomie va aider l’enfant à avoir confiance en lui, en ses compétences. Il se sentira capable de faire par lui-même et aura encore plus envie de découvrir.

Bébé va manipuler de lui-même divers objets, les utiliser de manières différentes : avec les mains, les pieds, en les portant à la bouche. Sa créativité sera de la partie. Il appréhendera les obstacles de manières diverses et variées.

La motricité libre diminue les risques de plagiocéphalie (http://association-plagiocephalie-info-et-soutien.fr/ ). Le respect de l’acquisition physiologique de l’enfant permet un développement harmonieux de ses muscles contrôlant la tête, les épaules et le thorax. Ce qui évite un appui prolongé d’un côté ou de l’autre du crâne.



En pratique





En pratique c’est très simple, enfin … presque ! Il s’agit pour l’adulte de ne pas intervenir.
Il faut donc créer un environnement sécurisé et adapté à l’enfant.
Un tapis ou matelas au sol fera l’affaire accompagné de quelques jeux simples et faciles à manipuler. Bébé sera installé sur le dos et il ira chercher seul ce dont il a envie ou besoin.

Ces explorations lui permettront d’aller de plus en plus loin dans son développement moteur : il va commencer par se tourner, ramper, se mettra assis, puis debout et se mettra à marcher. Il est donc inutile de mettre des coussins, ou toutes aides matérielles pour tenir l’enfant dans une position souhaitée afin d’éviter de lui créer des tensions corporelles. S’il ne s’y met pas seul, c’est qu’il n’est pas encore en capacité de le faire. Ayez confiance en lui.

Observez votre enfant, et enrichissez son environnement en fonction de ses besoins et de ses compétences.



Pour aller plus loin :

• Deux vidéos : Extraits du Film « Motricité libre: bien dans son corps, bien dans sa tête » et Le monde caché des bébés « Bouge »
• Site internet : L’Association Pikler Lóczy – France
• Le livre : de Michèle Forestier « De la naissance aux premiers pas ».




Diversification menée par l’enfant

DME

La Diversification Ménée par l’enfant ou DME est une alimentation autonome permettant à l’enfant à partir de 6 mois de découvrir librement les aliments présentés en morceaux. Il peut ainsi les porter à la bouche, les toucher, les écraser, les croquer…
Cette méthode est en général proposée en complément de l’allaitement maternel (les bébés allaités ont une mâchoire plus musclée que celle d’un bébé nourrit au biberon). Le lait maternel voit son goût changer en fonction de ce que mange la maman. L’enfant connaît donc toutes sortes de saveurs qu’il retrouvera dans son assiette.

Conditions pour débuter :


. l’enfant doit savoir se tenir droit dans la chaise haute
. toujours sous surveillance d’un adulte vigilant
. commencer par légumes cuits et fruits mûrs ou conseils alimentaires de votre pédiatre ou médecin traitant
. l’enfant doit être en demande de manger comme vous
. Ne pas forcer votre bébé et respecter son rythme

Les purées et les compotes ne sont pas adaptées à un enfant de 6 mois pour qu’il puisse les manger seul lui-même. Il suffit alors de présenter les fruits et les légumes sous une autre forme : les morceaux. Crus ou cuits, en bâtonnets, entiers, en petits morceaux ou en cubes, ces aliments permettront au tout petit de se gérer.

Le bébé pourra ainsi choisir tout seul l’aliment qu’il souhaite manipuler et goûter. Il prendra du plaisir. La manipulation de la nourriture, le fait de porter à la bouche stimulera le développent psychomoteur.

Bien sûr, au début (et même un peu plus), vous retrouverez des aliments par terre, dans les cheveux, dans la chaise haute, sur les vêtements, etc. Il ne faut donc pas avoir peur de tout nettoyer ensuite.

A savoir :


. Il existe un réflexe nauséeux très important chez le bébé. Celui-ci lui permettra de ne pas s’étouffer. Il peut être très impressionnant pour le parent. C’est pourquoi il est nécessaire que votre enfant soit assis bien droit dans sa chaise haute.
. Il est possible que les premiers jours ou premières semaines ne soient pas très concluant. Si votre enfant refuse les morceaux, inutile de le forcer. Vous lui proposerez à nouveau dans quelques semaines.
. Si vous retrouvez des morceaux dans les selles ou rougeur sur le siège de votre bébé, c’est le signe que le système digestif de votre bébé n’est pas encore mature et que les morceaux ne sont pas encore adaptés pour lui.

En pratique :


. Installez votre enfant à table avec vous à chaque repas s’il en manifeste le désir. Vous pourrez ainsi lui proposer le même repas que vous.
. N’hésitez pas à lui proposer une grande variété de légumes et/ou fruits dans son assiette afin qu’il ait le choix et découvre les couleurs, formes et textures.
. Au début, vous pouvez garder votre bébé sur vos genoux et le laisser piocher dans votre assiette.
. Proposez lui des aliments de la taille de son poing au départ. Et suivez les recommandations et schéma d’introduction alimentaire.
. Allaitez toujours à la demande et proposer lui les morceaux après la tétée.
. Restez toujours auprès de votre enfant tout le long du repas et présentez lui des aliments sans risque évident (cacahuètes).
. Observez-le et respectez ses envies et son rythme. Au début, la quantité mangée sera certainement minime. Laissez votre bébé découvrir et explorer son assiette. Le côté nutritif sera plutôt acquis avec la tétée.
. Vers 9 mois, votre enfant essayera de boire seul et vers 10 – 12 mois il essayera de manger avec la cuillère.
. Gardez à proximité de vous de quoi nettoyer …

Dessin et illustration :


http://bougribouillons.fr/dme-diversification-menee-par-lenfant/


Parentalité positive

Parentalité positive, communication non violente, bienveillance éducative, sont des mots que l’on entend de plus en plus.

Mais alors, de quoi s’agit-il ?

Le but commun de ces 3 termes est de pouvoir aider les parents à trouver une harmonie familiale. Il est parfois difficile pour les parents de faire face aux émotions de leurs enfants. Pourtant, elles sont essentielles dans leur développement, et il est important de les écouter, de ne pas les nier.

Aujourd’hui, les neurosciences nous éclairent sur la construction de l’affectivité de l’enfant, sur le rapport à soi, à l’autre, la capacité à gérer les émotions en fonction de l’âge, et sur comment comprendre et accueillir celles d’autrui. Aujourd’hui, plusieurs auteurs nous apportent des réponses sur le sujet et permettent aux parents de trouver des solutions pour aider leurs enfants à gagner en autonomie, en épanouissement personnel, en confiance en soi, à les accompagner dans leur développement et leurs apprentissages au travers d’un respect mutuel.

La bienveillance « consiste, résume Catherine Gueguen, « à porter sur autrui un regard aimant, compréhensif, sans jugement, en souhaitant qu'il se sente bien, et en y veillant » » (https://fr.wiktionary.org/wiki/bienveillance)

La parentalité positive c’est dire à nos enfants ce que nous attendons et non ce que nous ne souhaitons pas afin d’éviter les confusions. Il s’agira de parler en langage « positif » pour transformer les interdits en règles.

Selon Marshall Rosenberg qui en est le créateur :

« La Communication Non Violente, c’est la combinaison d’un langage, d’une façon de penser, d’un savoir-faire en communication et de moyens d’influence qui servent mon désir de faire trois choses :
me libérer du conditionnement culturel qui est en discordance avec la manière dont je veux vivre ma vie ;
acquérir le pouvoir de me mettre en lien avec moi-même et autrui d’une façon qui me permette de donner naturellement à partir de mon cœur ;
acquérir le pouvoir de créer des structures qui soutiennent cette façon de donner. » (via)

Etre parent est une aventure complexe au cours de laquelle nous essayons de faire de notre mieux. Mais il n’est pas toujours facile quand la fatigue et l’épuisement se font sentir de prendre sur soi et de poser des limites respectueuses. Mais aujourd’hui, il est démontré que la peur et la souffrance enfreignent les centres de l’apprentissage du cerveau. Un enfant qui reçoit une fessée, est un enfant qui développera de la crainte.

Conséquences des punitions et contrôles de l’enfant :
. le changement de comportement de l’enfant n’en sera que passager. Il n’y aura aucun bénéfice dans le temps.
. Le tout petit va apprendre à éviter la source de sa crainte mais n’en comprendra pas le sens, ni la règle.
. L’enfant va développer de la peur, de la culpabilité et aura peur de ne plus être aimé.
. Ce comportement engendre une notion de pouvoir de la part de l’adulte.



Alors comment réagir ?


Tout d’abord, il est important de considérer le bébé ou l’enfant comme un être humain, comme une personne compétente. Il est important de comprendre son comportement car il exprime un besoin. Le rôle de l’adulte sera de le soutenir, et de l’aider à trouver des moyens bienveillants pour l’accompagner au mieux.
N’hésitez pas à vous entourer de personnes bienveillantes, qui auront une vision commune de la votre, avec qui vous pourrez échanger sans jugement.
Il est important de prendre conscience de nos gestes, de nos paroles, et des conséquences qui en découlent.
Gardons à l’esprit que l’enfant ne fait pas les choses avec de mauvaises intentions, il est incapable de gérer les émotions qui le submergent. Aider les à en prendre conscience, accueillons leurs émotions avec empathie et donnons à nos enfants toute la sécurité physique et affective nécessaires.

« L’obéissance n’apprend pas l’autonomie, à être responsable de ses actes, mais au contraire favorise la soumission ». « Des adultes bienveillants, soutenants, participent au bon développement d’une région cérébrale impliquée dans le sens moral et l’empathie. » « L’enfant a d’abord besoin de guides, d’adultes qui donnent l’exemple par leur comportement bienveillant, d’adultes patients qui savent que de nombreuses années sont nécessaires pour devenir un adulte responsable. »

Catherine Gueguen – Vivre heureux avec son enfant.



Olivier Maurel nous donne 12 principes pour éviter la violence éducative dans son livre La Féssée :



1. Avoir pris la décision de ne pas frapper.

2. Connaître les effets des punitions corporelles sur les enfants.

3. Aménager l'espace de vie de l'enfant de manière à ne pas être obligé de lui poser constamment des interdits.

4. Pratiquer la règle d'or: traiter l'enfant comme vous voudriez être traité dans les mêmes circonstances.

5. Accueillir tous les sentiments de l'entant, même s'ils paraissent négatifs, la jalousie par exemple. Il n'a pas le droit de frapper son petit frère, mais ce sont ses sentiments et il a le droit de ne pas l'aimer.

6. Dans les situations de conflit, chercher autant que possible des solutions "gagnant-gagnant" (et non pas gagnant-perdant) qui satisfassent les besoins (pas obligatoirement les désirs!) de chacun.

7. Prendre l'habitude d'identifier la raison des conflits pour essayer de les prévenir plutôt que d'avoir à les guérir.

8. Proposer des diversions: un dessin, une histoire, un jeu dans la baignoire, une promenade pour sortir des situations devenues trop difficile.

9. Se demander: "Est-ce que je pourrai plus tard rire de cette situation?" Si oui, pourquoi ne pas en rire tout de suite? L'humour peut transformer beaucoup de situations éprouvantes: "Oh! non! vous vous êtes peints en vert au moment de partir chez Papi et Mami... Attendez, laissez-moi prendre la caméra!"

10. Connaître ses propres limites et rester ferme sur les points où elles sont atteintes.

11. Savoir passer le relais au conjoint.

12. Appeler à l'aide ne serait-ce que pour confier son désarroi: une amie au téléphone, sa mère, les participants à une liste de discussion sur internet où vous savez que vous trouverez des oreilles attentives, bienveillantes et qui pourront peut-être proposer une solution. "



(source : http://www.seveilleretsepanouirdemaniereraisonnee.com/2016/03/eviter-la-violence-educative-en-12-principes-la-fessee-d-olivier-maurel.html )



Profitons de l’amour inconditionnel qui naît en même temps que l’on devient parent pour repenser notre vision de la famille, pour cultiver notre amour et arriver à une harmonie familiale. Essayons d’obtenir une éducation respectueuse, de repenser nos limites et nos pratiques dans les situations d’opposition.

Quelques astuces pour faciliter les échanges avec votre enfant

. Se mettre à sa hauteur et se rapprocher pour lui parler (tout près de lui)
. Parler d’une voix calme et posée.
. Le laisser s’exprimer, écouter ses peurs, sa colère, ses émotions.
. Décrire les conséquences de ses actes sans émettre de jugement
. Utiliser les comptines si vous êtes énervé afin de transformer la colère en énergie positive
. Utiliser le jeu pour permettre à l’enfant de faire ce que vous attendez de lui
. Ne le pressez pas, laissez lui le temps. A vous d’anticiper vos attentes en l’informant assez à l’avance.
. N’hésitez pas à mettre en place des routines quotidiennes pour augmenter son autonomie
. Laissez lui le choix, les enfants adorent décider (tu veux d’abord mettre tes chaussures ou ton manteau ?)
. Parler de façon positive afin de lui donner des règles et non des interdits.
. Et SOURIEZ

Nous l’avons déjà dit, il est important que l’enfant puisse exprimer sa colère. Plusieurs outils peuvent donc être utilisés :
• Coussin de la colère
• Bouteille de retour au calme
• Cartes de la colère
• Roue des émotions …

« L’enfant voit le monde depuis ses propres yeux. Gardons-nous de juger ses réactions. Ecoutons d’abord. Cherchons à identifier ce qu’il vit, comment il associe les choses, ce qu’il ressent et ce qu’il se dit »

Isabelle Filliozat – Au cœur des émotions de l’enfant

. Distinguez l’enfant de ses actes. Décrivez ce qui vient de se passer de façon objective et utilisez le « je » plutôt que le « on » lorsque vous vous adressez à l’enfant. Exemple : je vois qu’il y a de l’eau par terre. La serpillère est dans la cuisine.
. Tournez les interdits de façon positive. Exemple : Marche quand tu passes près de la piscine. Le cerveau ne comprend pas la négation, donc si vous leur dites « ne cours pas près de la piscine », ils entendent « cours ».
. Ne niez pas les émotions de vos enfants. Vous pouvez utiliser ce cahier imaginé par Virginie Limousin et Isabelle Filliozat conçu pour les enfants et comprenant un livret pour les parents.
. Fixer les règles à l’avance afin qu’elles soient connus de tous.

Comment établir des règles ?


. Elles doivent être établies en concertation avec toute la famille.
. Il ne doit pas y avoir d’interdits (formulation positive et claire). Par exemple : Chaque personne présente dans cette maison possède un vocabulaire suffisamment riche pour éviter les insultes.
. Elles doivent être écrites mais aussi illustrées.
. Les afficher dans un endroit visible de tous.
. Les règles doivent être respectées par les enfants comme les parents (donnons l’exemple).
. Si l’une d’entre elles n’est pas respectée, vous pouvez choisir de vous réunir afin d’en discuter (sans jugement ni excuses publiques). Et trouver ensemble, un réajustement de cette règle en gardant à l’esprit de trouver une solution constructive et non punitive.

Je suis et reste convaincue que nous avons tous les clés en mains pour avancer ensemble vers une éducation bienveillante et positive où chaque enfant sera libre d’exprimer ses émotions et de gagner en autonomie, confiance en soi et épanouissement personnel. Et où chaque parent pourra être écouté et soutenu sans jugement afin de trouver les outils permettant de semer le bonheur dans sa famille.

Une dernière chose ...


Ne vous comparez pas aux autres (famille, amis, enfants de .. ), ne vous laissez pas submerger par les commentaires d’autrui. Ayez confiance en vous, en vos enfants, écoutez votre cœur. Vous êtes les personnes les mieux placées pour savoir ce qui est bien ou non pour votre famille. Le principal est d’être en harmonie avec vos valeurs, vos pratiques et votre cœur. VOUS êtes les meilleurs parents pour vos enfants.

Pour aller plus loin :


Plaquette conçue par la Maison de l’Enfant pour la journée de la non violence éducative tous les 30 avril. Elle offre des conseils afin de palier à la fessée et autres violences éducatives : http://www.wmaker.net/maisonenfant/downloads/

Films : Si j’aurai su … je serai né en Suède : http://www.oveo.org/si-jaurais-su-je-serais-ne-en-suede/

http://www.oveo.org/

Et si vous avez encore un doute concernant la fessée ou que l'on vous met le doute, voici un exte qui me parle beaucoup et qui je l'espère, vous parlera également : http://sobusygirls.fr/2014/02/21/la-fessee-ca-na-jamais-tue-personne/

Liste d’auteurs:


Thomas Gordon
Isabelle Filliozat
Lawrence J. Cohen
Catherine Gueguen
Adele Faber et Elaine Mazlish
Olivier Maurel
Marshall B. Rosenberg
Jacques Salomé


Lectures conseillées


Sites internet

Revues/Magazines

http://www.grandirautrement.com/fr/

http://www.kaizen-magazine.com/

http://pepsmagazine.com/



Périnatalité

Association Césarine : http://www.cesarine.org/

Doulas de France : http://doulas.info/

SOS préma : http://www.sosprema.com/

Accoucher librement : http://www.accoucherlibrement.fr/aadomicile.htm

Jumeaux et plus : http://www.jumeaux-et-plus.fr/

Association française de massage pour bébé : http://www.massage-bebe.asso.fr/

Sparadrap : http://www.sparadrap.org/

Site officiel périnatalité : http://www.perinat-france.org/portail-grand-public/qui-sommes-nous/presentation/objectifs-66.html

Association plagiocéphalie : http://association-plagiocephalie-info-et-soutien.fr/



Allaitement

La leche league France :http://www.lllfrance.org/

Association française des consultants en lactation :http://consultants-lactation.org/

COFAM :http://www.coordination-allaitement.org/

Santé allaitement maternel :http://www.santeallaitementmaternel.com/

Lactariums de France :http://sdp.perinat-france.org/ADLF/index.php

Centre de références sur l’allaitement et les médicaments :http://lecrat.fr/

Lactitude :http://www.lactitude.com/text/Ress_Meres_Fiches.html



Portage

Association Française de Portage des Bébés : afpb.fr

Association Porter son enfant :http://www.portersonenfant.fr/formation/psetua/

L’école à porter :http://www.lecoleaporter.fr/

Porter simplement : http://portersimplement.com/



Education-Bienveillance

Observatoire de la non violence éducative ordinaire :http://www.oveo.org/

Alice Miller :http://www.alice-miller.com/

http://www.wmaker.net/maisonenfant/Ressources-pour-la-journee-du-30-avril_r50.html

Projet famille en harmonie :http://familleharmonie.com/

Association Montessori de France :http://montessori-france.asso.fr/

Signe avec moi :http://www.signeavecmoi.com/

Elever son enfant autrement :http://www.cdumonteilkremer.com/

Isabelle Filliozat :http://www.filliozat.net/

Ensemble naturellement :http://www.ensemblenaturellement-leblog.com/

S’éveiller et s’épanouir de manière raisonnée :
http://www.seveilleretsepanouirdemaniereraisonnee.com/

Apprendre à éduquer :http://apprendreaeduquer.fr/



Alimentation et diversification

Diversification alimentaire : http://www.diversificationalimentaire.com/

Bébé mange seul : http://bebemangeseul.com/

Soins de nos enfants :
http://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/healthy_eating_for_children




Instagram Blog